Les 4 piliers d'un métabolisme optimal - Partie 4 - Le mouvement

20190101_210550_0021.png

Le 4e pilier d'un métabolisme optimal est le mouvement, c'est à dire, l'ensemble de nos activités physiques. Si vous ne connaissez pas les 3 autres piliers, allez lire la partie 1, partie 2 et partie 3 de la série "Les 4 piliers d'un métabolisme optimal".

Tout le monde sait que bouger est essentiel pour être en santé, mais peu ont une idée concrète de l'ampleur réelle de l'ensemble de nos activités sur le métabolisme.Premièrement il faut garder en tête que l'être humain à évolué pendant des milliers d'années dans un environnement qui nécessitait d'être physiquement actif simplement pour survivre et que le mode de vie plus sédentaire que nous avons depuis l'ère industrielle est en partie la cause de l'épidémie d'obésité et de maladies chroniques actuelle. Nous savons déjà que plus on passe de temps sans bouger, plus le risque de maladies cardiovasculaires, de diabètes type 2 augmente ainsi que le tour de taille.De plus, depuis les années 60, on note une diminution constante de l'activité physique quotidienne à la grandeur du globe. C'est pourquoi il est important d'être en premier informé de l'impact de ce mode de vie sur notre santé, mais aussi de connaître les solutions afin d'optimiser notre métabolisme via nos activités. 

Brûler 300 calories par jour en étant moins assis

La première étape vers un métabolisme plus sain est de passer moins de temps inactif!Une étude a été publiée en 2008 là où ils ont comparé le métabolisme basal et la dépense énergétique quotidienne de 20 femmes (10 obèses et 10 minces) et analysé leurs activités pendant 14 jours.Bien que le métabolisme basal était similaire dans les 2 groupes, ce qu'ils ont trouvé comme différence est que les femmes obèses passaient en moyenne 2,5 heures de plus par jour en position assis et 2 fois moins de temps à être physiquement actives.La différence au niveau de la dépense énergétique liée à l'activité quotidienne était équivalente à 300 calories par jour! Sachant qu'une simple réduction de la balance énergétique de 100 calories quotidiennement serait suffisante pour prévenir le gain de poids dans la majorité des populations, de petits changements dans les habitudes font une énorme différence sur la balance à long terme! 

L'entraînement en résistance pour renverser le vieillissement musculaire

Nous savons depuis longtemps que l'entraînement en résistance ralentie le vieillissement du système musculo-squelettique ainsi que la perte de masse musculaire liée au vieillissement, mais depuis 2007 nous savons aussi que l'entraînement en résistance (avec surcharge progressive) à la capacité de renverser ce vieillissement au niveau cellulaire!En effet, dans une étude parue en mai 2007, il a été démontré qu'après 26 semaines d'entraînement en résistance (musculation) avec surcharge progressive, 179 gènes associés au vieillissement et à l'exercice ont démontré un "renversement" au niveau de leur expression génétique. Cela signifie littéralement que l'entraînement en résistance a non seulement stoppé, mais à aussi renversé le vieillissement au niveau génétique!Les chercheurs ont aussi notés que les dysfonctionnements des mitochondries associés avec l'inactivité a été renversé après 6 mois d'entraînement en résistance.Donc en plus de se sentir fort et sexy, pousser de la fonte permet de ralentir (voir renverser) le vieillissement musculaire! 

Posture et métabolisme

(collaboration de Mathieu Boulé ostéopathe et posturologue)Est-ce possible qu’il y ait un lien entre le métabolisme et la posture ?Si le métabolisme est l’ensemble des réactions chimiques qui se déroulent au sein d’un être vivant pour lui permettre notamment de se maintenir en vie, de se reproduire, de se développer et de répondre aux stimuli de son environnement.Pour se maintenir en vie, il faut, d’une façon ou d’une autre, activer le cerveau. C’est lui qui, à son tour, activera tous les systèmes physiologiques pour nous permettre de fonctionner.

Activer le cerveau? Comment fait-on?

Au fait, tenir debout active le cerveau de façon assez surprenante ! Pour tenir debout, déjà, il y a une dépense énergétique. Il y a d’ailleurs une étude datant de 1978 qui le confirme!Est-ce possible alors de concevoir que, tenir debout, pour certains, c’est plus difficile que pour d’autres ? Est-ce que, alors, cette demande énergétique pourrait créer un stress ?Dans le contexte où cette demande est très élevée, c’est le système vestibulaire qui est sollicité. Le hic, c’est que le système vestibulaire est directement branché sur le système nerveux sympathique, qui est responsable de la réponse de stress. Cette réponse de stress s’exprime, entre autres, par la synthèse de cortisol.Là où ça se gâte, c’est que le cortisol n’est pas l’ami de la perte de gras ou de la production de testostérone, qui contribue à l’anabolisme et à des performances meilleures. 

Mettre tous les piliers en place

Pour conclure cette série de 4 articles, si on s'assure d'encrer solident ces 4 piliers dans notre vie, soit, la nutrition, la gestion du stress, l'environnement et le mouvement, on met toutes les chances de notre côté pour avoir un métabolisme optimal qui nous permettra d'être en forme et santé le plus longtemps possible! 

Références:

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3401184/#!po=40.4762 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5479887/#!po=11.3636 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/m/pubmed/28138134/ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/m/pubmed/18223609/ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12574618/ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/652391 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11906466